Mobile Joomla Templates by Best Web Host

Documents relatifs aux travaux du Palais du Justice de Paris et à la reconstruction de la Préfecture de Police. Planches et légendes. Charles de Mourgues Frères, imprimeurs de la Préfecture de la Seine, 1858

In-plano broché (49 x 68,5 cm), couv. typographique, dos renforcé par une bande percalinée, 2 ff + XXXIV planches. Petits accrocs en couv, quelques pâles rousseurs éparses. 900€palais de justice, paris, 1858, mourgues freres, planches, travaux publics, ile de la cité, architecture, haussmann, prefecture de police

Recueil de planches édité par la préfecture de la Seine à l'occasion de la reconstruction du Palais de Justice et de la Préfecture de Police. Impression votée par le Conseil Municipal dans sa séance du 1er février 1856 et par le Conseil Général dans la séance du 5 octobre 1857.

Spectaculaire ensemble composé d'une page de titre, d'un sommaire, d'une introduction sur le Palais avant 1500 par Leloir puis XXXIV planches gravées ou chromolithographiées, dont 14 doubles, accompagnées de 16 pages de légendes indiquant l'emploi de chaque salle du nouveau Palais.

Avec : un plan du Palais vers 1500 puis en 1734, 1772 et 1790, un état du Palais en 1838, le plan des premiers projets de M. Huyot, les plans du projet approuvé par le Conseil Général en 1838, les plans annexés aux ordonnances et décrets de 1840 et 1854 avec l'indication des expropriations nécessaires pour isoler le Palais, puis 20 planches présentant le nouveau projet (rez-de-chaussés, entresols, étages, façades et une vue générale en perspective) et enfin un plan général des améliorations des rives de la Seine.

 

La Monarchie de Juillet avait lancé un vaste programme d'agrandissement du Palais de Justice. Jean-Nicolas Huyot (1780-1840) est chargé en 1835 d’un projet d’agrandissement afin de transformer le Palais en un édifice majestueux permettant de recevoir tous les services judiciaires et la Préfecture de police. Le projet est accepté et sanctionné par l'ordonnance royale du 26 mai 1840. Huyot décède au début de ce projet, et le chantier est conduit jusqu'au Second Empire sous la direction de Joseph-Louis Duc et Étienne-Théodore Dommey.(1801-1872). À partir des années 1860, c’est l’ensemble de l’île de la Cité qui est prise dans la politique urbaine d'Haussmann. Le percement du boulevard du Palais parachève l’isolement spatial du Palais de Justice. En 1867, l'architecte Honoré Daumet (1826-1911) est adjoint de Joseph-Duc pour la construction de la façade occidentale du Palais de justice donnant sur la place Dauphine.

Durant la « Semaine sanglante » de la Commune de Paris, un incendie détruit, les 24 et 25 mai 1871, le tribunal de première instance, la police correctionnelle, une grande partie de la Cour de cassation, la Cour d’appel, entre autres. La reconstruction s’étend sur plusieurs années. Le vestibule de Harlay (antichambre de l’unique cour d’assises maintenue) et son escalier monumental donnant sur la place Dauphine sont inaugurés en 1875. En 1904, après l’expropriation des habitants on confia à Albert Tournaire la construction sur le quai des Orfèvres des nouvelles chambres correctionnelles achevées en 1914.palais de justice, paris, 1858, mourgues freres, travaux publics, ile de la cité, architecture, haussmann, prefecture de police, perspective

Banniere bas